Code de gouvernance des organismes de bienfaisance: les décisions et les actions d'un organisme de bienfaisance sont de la responsabilité de son conseil d'administration


La prise de décision, le contrôle des risques et le contrôle constituent le quatrième principe du Code de gouvernance des organismes de bienfaisance et renforcent en définitive les principes fondamentaux de la gouvernance que les organismes de bienfaisance devraient intégrer dans leur processus décisionnel.

 Réunion du conseil d'administration

Le conseil d'administration des administrateurs assume la responsabilité ultime de la bonne gouvernance. Dans le cadre de ses mécanismes de gouvernance, le conseil d’administration devrait s’assurer qu’il dispose d’un cadre solide de prise de décisions et de surveillance, retient les questions stratégiques au niveau du conseil d’administration et délègue les questions opérationnelles à la direction. En veillant à ce que les documents constitutifs et les objectifs de l'organisme de bienfaisance soient pris en compte lors de toute action, les conseils peuvent s'assurer que les décisions sont prises dans le meilleur intérêt de l'organisme de bienfaisance.

Une bonne gouvernance repose grandement sur le président, qui joue un rôle essentiel dans la direction du conseil d’administration. S'assurer que le conseil d'administration dispose de toutes les informations et documents pertinents pour prendre ces décisions éclairées est un élément essentiel de la bonne gouvernance et du rôle du président.

Quelles mesures les organismes de bienfaisance peuvent-ils prendre pour assurer le respect de la décision principe de prise de risque, de risque et de contrôle?

  • Le conseil des fiduciaires devrait examiner régulièrement les questions réservées au conseil et celles déléguées à la direction afin de garantir le respect du juste équilibre.
  • les dispositions existantes en matière de gestion des risques, y compris l'efficacité de son registre des risques, et veiller à ce que ces dispositions soient alignées sur l'appétit pour le risque désigné de l'organisme de bienfaisance.
  • La ​​mise en œuvre d'un cadre permettant de recueillir toutes les informations pertinentes pour le conseil d'administration, pour examiner et fournir un point de référence pour la performance opérationnelle.
  • Ajout d’une stratégie et d’un élément de performance à l’ordre du jour du Exiger un examen de tous les indicateurs de performance clés pertinents et veiller à ce qu'ils soient alignés sur l'objectif et les valeurs de l'organisme de bienfaisance.
  • Si cela s'applique à l'organisme de bienfaisance, il convient de prêter une attention particulière à la lettre de la direction de l'auditeur et de veiller à ce qu'il prend en compte qu'il devrait figurer en tête de l'ordre du jour du conseil d'administration.

La mise en œuvre de telles étapes peut être un fardeau pour la gestion quotidienne de votre organisme de bienfaisance, et donc de travailler avec une gouvernance d'entreprise fiable et spécialisée. fournisseur veillera non seulement au respect du Code de gouvernance des organismes de bienfaisance, mais donnera également aux administrateurs le temps dont ils ont besoin pour se consacrer à la poursuite de leurs objectifs en matière de bienfaisance.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’aide disponible, contactez-nous.

Joshua Kendal
Directeur adjoint, développement des affaires
Entreprises et particuliers
Vistra UK
Tél .: +44 (0) 20 3872 7367
E-mail: Joshua.Kendal@vistra.com

Cliquez ici pour la version imprimée



Rendez vous à l’accueil de notre site: www.societeenangleterre.com

Découvrez aussi :